En France

  • L’association Monde Pluriel a pour but de développer des projets interculturels dans le champ de l’éducation au développement durable (EDD) et de contribuer à l’émergence d’une citoyenneté mondiale. Son projet “Le climat, c’est chez moi!” s’est déroulé au cours de l’année scolaire 2015-2016, il a mobilisé vingt-deux lycées de la Région Ile-de-France dans leur grande diversité.
    A l’issue de la rencontre finale entre les élèves, un Agenda des Solutions pour l’Ile-de-France a été publié en juin 2016. Son objectif : valoriser le travail des élèves et leurs propositions au sein du lycée et auprès des acteurs rencontrés. Les expériences des enseignants et de Monde Pluriel ont été capitalisées au sein d’un kit pédagogique, qui est diffusé aux enseignants franciliens et dans le réseau de Monde Pluriel, en Rhône-Alpes notamment (en prévision : une journée de valorisation et de présentation du kit en Ile-de-France). Monde Pluriel reconduit la méthodologie de ce projet sur le territoire rhônalpin en 2016-2017, en collaboration avec le Rectorat de Grenoble et la DREAL Auvergne Rhône-Alpes.
    Contact : Delphine Astier
    Site Internet: http://www.mondepluriel.org/ ; Page Facebook
    Kit pédagogique :

    Télécharger (PDF, 1.77MB)

  • Le département de l’Isère, collectivité territoriale, a créé le projet « Je maîtrise les consommations d’énergie dans mon collège » qui permet de faire se rencontrer les usagers du bâtiment que sont les élèves et les personnels techniques du département en charge de l’entretien et la maintenance du bâtiment.
    A l’aide d’un guide d’audit et d’une mallette d’appareillage de mesure constitué d’un Wattmètre, d’un thermomètre enregistreur, d’un thermomètre infrarouge, d’un débitmètre, d’un luxmètre et d’un vitromètre, un groupe d’élèves, encadré par les enseignants effectue un diagnostic énergétique de tout ou partie de leur établissement. A l’issue de leur observation, les élèves présentent aux personnels techniques du Département des propositions d’amélioration du bâtiment. Le Département effectue les travaux à hauteur de 5000 €TTC.
    Contact: Delphine Bouillon Marillier
  • L’école du Colibri, gérée par l’association Les Amanins, est une école primaire qui accueille chaque année 35 élèves du CP au CM2.
    Cette école, privée sous contrat, suit les programmes scolaires de l’Éducation nationale et met en œuvre un projet pédagogique spécifique qui permet aux enfants d’apprendre à vivre ensemble, d’apprendre à coopérer.
    C’est à la création des Amanins qu’Isabelle Peloux a travaillé sur l’accueil des classes découvertes et a rapidement eu l’idée d’une école élémentaire expérimentale, qui proposerait des outils concrets pour apprendre l’écologie relationnelle aux enfants. Pour cela, les enseignants (deux enseignantes à 3/4 de temps et deux jeunes en service civique) organisent des temps spécifiques dans la semaine:

    • L’atelier philosophique, qui permet aux enfants d’apprendre à exprimer leurs pensées et  à écouter celles des autres
    • Le vivre ensemble, qui apprend aux enfants à gérer  leur vie en collectivité et à définir ensemble des règles de fonctionnement.
    • Le temps d’éducation à la paix : être en paix avec soi même : apprendre à nommer et gérer ses états émotionnels ; Être en paix avec les autres : apprentissage de méthodes de gestion de conflits, jeux coopératifs, travaux sur les intelligences multiples ; Être en paix avec son environnement : apprendre à jardiner, à respecter la nature, et à développer son écocitoyenneté.

    Les frais de scolarité de l’école sont peu élevés, ce qui en fait une école accessible.
    L’association Les Amanins est la garante de l’éthique du lieu. Elle gère la partie pédagogique et sensibilisation des Amanins, à travers la gestion de l’école du Colibri, la gestion et l’organisation des classes découvertes, la réalisation de formations en pédagogie coopérative, et la participation à l’organisation des stages et forums.
    Contact: Isabelle Peloux
    Lien : http://www.lesamanins.com/ecole ; Page Facebook

En Allemagne

BildungsCent e.V. est une organisation non gouvernementale située à Berlin qui œuvre dans le domaine de l’éducation par des moyens innovants.

L’aspect le plus innovant de leur démarche est l’approche du projet, qui veut faire comprendre l’art (l’expérience de l’art) comme une semence pour la responsabilité sociale et l’action politique. L’expérience artistique a le pouvoir de toucher non seulement au niveau cognitif mais aussi émotionnel. Cet aspect émotionnel rend l’action des jeunes plus tard plus probable. Les artistes invitent aussi les participants à changer leur perspective, comme dans un projet où un parking a été changé en lieu de projet donc les objets de l’ordinaire peuvent avoir une autre signification. Les étudiants prennent différentes photos du même parking et échangent ensuite leurs différentes perceptions. Ceci est essentiel pour pouvoir au niveau du changement climatique regarder son point de vue d’une manière critique ainsi que de percevoir les processus politiques, mais aussi de pouvoir se mettre à la place de l’autre. Ensuite, les participants sont invités à initier et à réaliser leurs propres projets. En réalisant un concept eux-mêmes ils deviennent des citoyens agissants qui attirent l’attention sur le changement climatique en encouragent le dialogue artistique avec les spectateurs.
Lien : http://www.bildungscent.de

En Italie

L’institut pour l’environnement et l’éducation, Scholé Futuro.
Contact: Mario Salomone, professeur de Sociologie de l’environnement et du territoire, d’Éducation relative à l’environnement et de communication politique dans les universités de Bergame, Milan, Bicocca et Turin (Italie).
Lien: www.educazionesostenibile.it

En Espagne

En Espagne, Mariona Espinet, professeure titulaire d’université en didactique des mathématiques et de sciences expérimentales à l’Université Autonome de Barcelone.
Site Internet: www.uab.cat ; Fiche de Mariona: http://gent.uab.cat/marionaespinet

En Catalogne, le programme international « Prenons soin de la planète » a mobilisé 35 écoles secondaires. Y ont été abordés les thèmes des déchets, de la consommation d’énergie et sa contribution à l’effet de serre, de la perte de biodiver­sité, de la consommation excessive, de la pollution de l’air, la mobilité ; Le projet a donné lieu à 5 conférences régionales et a permis la participation à 2 conférences nationales et 2 conférences internationales.
Site Internet 
; Page Facebook

En Belgique

En Belgique, deux structures font partie de l’alliance:

  • Le Collectif « Education et Formation au Développement Durable » avec Marina Gruslin professeur de sciences et didactique des sciences, qui coordonne des projets d’EDD en formation initiale d’enseignants, catégorie pédagogique de la Haute Ecole Charlemagne Liège.
  • L’Institut Robert Schuman à Eupen intègre le développement durable dans sa mission et son processus de développement. L’enjeu est d’en faire une des dimensions de l’éducation des jeunes en leur permettant d’intégrer les questions sociales, économiques, environnementales, scientifiques, techniques et politiques dans leur parcours citoyen et leur futur métier. L’objectif est de travailler autant les questions de dialogue interculturel que de citoyenneté mondiale ou de respect et de défense de l’écosystème terre.
    Le projet se développe progressivement depuis plus de 20 ans et il modifie pas à pas le profil de l’école sur 4 grands terrains:
    – Faire évoluer les bâtiments et équipements vers plus de durabilité
    – Développer de nouveaux outils de gestion et d’administration qui intègrent les critères de durabilité (participation et démocratie, réduction de l’empreinte écologique de l’école, développement des approches mondiales et planétaires dans les politiques d’achat, etc…
    – Intégrer les questions de développement durable et de citoyenneté mondiale dans les projets et disciplines remodèle peu à peu le propos éducatif.
    – L’utilisation parcimonieuse des ressources, la réduction des impacts négatifs sur l’écosystème planétaire, l’exigence d’une société humaine fondée sur les valeurs de justice inter et intra générationnelle, l’émergence d’une économie durable sont autant d’éléments que nous cherchons à intégrer aux filières de formations techniques et professionnelles (14 métiers sont enseignés)
    Site des Cahiers du Développement Durable: http://les.cahiers-developpement-durable.be